• Carnet de vacances

12 JOURS EN ISLANDE : itinéraire et infos pratiques

Dernière mise à jour : 21 mai


12 JOURS EN ISLANDE: itinéraire et infos pratiques

Septembre 2017 : Pourquoi l’Islande ? Ça ne ressemble en rien à ce que j’ai déjà vécu en termes de voyage, cette fois ci je pars un peu plus à l’aventure. Bon dans un pays où le taux de criminalité est quasi nul et avec une copine, Marjorie, mais ça reste quand même ma plus grosse aventure aujourd’hui. Nous y sommes restées 12 jours, avons parcouru 3000km en voiture et presqu’autant à pieds (oui j’exagère, mais nous avons beaucoup marché).


Si j’ai bien appris une chose avec mes précédents voyages c’est que si nous ne voulons rien louper une fois sur place, l’organisation est le maître mot. Donc c’est ce que nous avons fait. 3 mois avant de partir on s’est acheté un routard, on l’a lu, on a lu des blogs, des sites internet et on a commencé à se faire un planning avec les choses qu’on voulait voir / visiter, les randonnées qu’on voulait faire, les lieux où on voulait passer du temps, le budget qu’on devait prévoir… Bref, on a tout ORGANISÉ ! Alors certes, ça ne laisse pas beaucoup de places à l’improvisation une fois sur place mais c’était une aventure tellement exceptionnelle que ça ne nous a pas gênées. Et malgré cela, avant de partir, nous n’avons pas regardé beaucoup de photos, pour nous garder un minimum de surprise. De toute façon avec ma mémoire très courte et les noms islandais, il y avait peu de chance qu’on se rappelle de tout. Nous voulions découvrir les choses par nous-mêmes et ne pas être déçues parce que nous nous étions fait notre opinion avant. Ou se permettre d’être déçues si nous n’aimions pas. Donc on a absolument tout organisé, de la durée à prévoir pour chaque visite à la durée des trajets entre chaque site.


Et à la question que tout le monde se pose, je vais y répondre tout de suite : oui nous avons eu la chance de voir des aurores boréales. 3 FOIS.


12 JOURS EN ISLANDE: itinéraire et infos pratiques

 

Itinéraire de nos 12 jours en Islande


Jour 1 : Visite de la péninsule de Reykjanes  Jour 2 : Visite du Cercle d’Or et de ses alentours Jour 3 : Visite de Vík et du parc du Landmannalaugar Jour 4 : Découverte des glaciers et des icebergs Jour 5 : Une journée sur la Côte Est  Jour 6 : Nos premiers pas dans le Nord Jour 7 : Visite de Husavik et Akureyri Jours 8 et 9 : Dernières visites dans le Nord et dans le parc Snæfellsjökull Jours 10, 11 et 12 : Visite de Reykjavik 

 

Infos pratiques


Formalités d'entrée |

Pour tout séjour de moins de 3 mois, l’Islande faisant partie de l’espace Schengen, il suffit juste de se munir de son passeport ou de sa carte d’identité en cours de validité jusqu’à 3 mois après la date de retour.



Transport |

Désormais il y a pas mal de compagnies qui desservent l’aéroport de Keflavik (situé à environ 50km de Reykjavik, la capitale). Depuis Paris, Transavia et Wow Air sont les moins chères je pense. Nous nous y sommes prises (très) tôt et nous avons acheté nos billets d’avion en février pour le mois de septembre. On s’est dit qu’au moins ça serait acheté et qu’on n’aurait pas fait beaucoup d’économie si nous avions attendu une quelconque offre. Et au moins on a pu choisir nos dates. Nous avons préféré la compagnie WOW Air pour ses horaires que nous trouvions plus pratiques. Les billets ne sont pas chers à la base mais comme toute compagnie low cost, pour n’importe quelle option il faut payer en plus. Donc avec une valise en soute (20kg max) aller – retour nous en avons eu pour 220€ par personne.



Logement | Alors on a décidé de dormir dans la voiture…! La question ne s’est pas posée longtemps, le prix d’une nuit étant très chère en Islande. Il y avait aussi l’option du camping mais (attention cliché petite princesse) je ne voulais pas. Je me suis dit qu’on aurait plus de confort à dormir dans une voiture, que sur un matelas posé au sol. Et que nous aurions moins froid aussi. Et je pense qu’on a eu raison de choisir cette option car déjà je ne vois pas comment on aurait pu emporter une tente + des petits matelas dans nos valises (20.2kg quand j’ai dû peser la mienne à l’aller) et ensuite, avec toute la pluie qui tombe et le vent, nous étions bien mieux dans notre 4x4. Chaque soir on s’arrêtait près d’un camping pour pouvoir prendre une douche.

Nous voulions faire du couchsurfing à Reykjavik mais aucun n’était disponible pendant nos dates. Du coup nous décidons de passer la première nuit dans la voiture (on se met direct dans l’ambiance) et nous réservons une chambre privée pour 2 personnes à l’auberge de jeunesse Bus Hostel pour notre dernière nuit en Islande. C’est ici que vous pouvez retrouver le dernier hamburger d’Islande provenant de chez McDonald’s, vous pouvez même l’admirer depuis chez vous puisqu’il est filmé 24h/24 avec une Webcam. Après la grosse crise qui a frappé le pays, la chaîne américaine a décidé de fermer tous ses restaurants sur l’île. L’histoire du dernier burger est racontée sur le site.

L’auberge a une déco très kitch mais justement c’est ça qui fait son charme. J’ai adoré ! Il y a beaucoup de salles de bain et le ménage est fait très souvent. Tout le personnel est très gentil, souriant et cool. L’auberge est située à 15-20 minutes à pieds du centre de Reykjavik.

Ayant fini notre road trip plus tôt et ne pouvant pu voir notre 4x4 après tant de temps passé dedans, nous y avons finalement passé nos deux dernières nuits.

Prix par personne :100€ (2 nuits)


Nous avons également pris une chambre dans un Guest House,Grímstunga Guesthouse, situé un peu près au milieu de nulle part. Nous l’avons pris pour faire une petite pause des nuits de voiture, le cinquième jour. Ce sont plusieurs petites maisons qui, selon la nuit que vous avez choisie, seront à partager avec d’autres gens. Il y avait 4 chambres dans la nôtre, les 4 étaient louées. Nous avons dû partager la salle de bain.

Prix par personne : 65€ (1 nuit)



Location de voiture |

Alors c’est là où ça se complique. Enfin, niveau budget en tout cas. La location de voiture en Islande est hors de prix. On a eu beau avoir comparé tel loueur avec tel loueur, le résultat est toujours le même : c’est cher ! Avant tout, il faut savoir quel parcours vous allez faire pour choisir quelle voiture louer. En effet, certaines routes (nommées routes F) ne sont accessibles que par des 4x4. Nous, pour bien rentabiliser le coût nous avons décidé de dormir dedans. Ou c’est plutôt le contraire : vu que ça entamait pas mal notre budget, nous n’avions pu les moyens de nous payer une nuit, ne serait-ce que dans une auberge. Nous savions que nous allions devoir prendre une route F et que nous devions avoir de l’espace pour garder toutes nos affaires pendant nos 10 jours de road trip. Et quitte à dormir dedans, autant se faire un minimum plaisir, nous louons un 4x4 ! On a du lire plusieurs commentaires pour savoir lequel prendre puisque niveau voiture nous n’y connaissons (absolument) rien. Notre choix, un peu cliché de touristes, se porte sur une SUSIKI JIMMY, tout petit 4x4 mais qui m’arrange bien puisque je serais la seule à conduire. Et que je conduis que très rarement en France. Voire jamais. C’est noté qu’il peut accueillir 4 personnes et 2 grosses valises : parfait, nous sommes 2 avec 2 grosses valises. Nous prenons l’assurance complète, qui assure un peu près tout sauf les dommages causés par l’eau (on oublie les passages à guets) et le feu. Et on prend l’option WIFI aussi (chère !) puisqu’on s’est dit qu’on allait passer notre vie dans la voiture. Ce qui nous évite de prendre un GPS. Après toutes nos comparaisons, le loueur le moins cher qu’on ait trouvé est Blue Car Rental : 550€ par personne pour 10 jours de location avec un retrait à l’aéroport et un dépôt à Reykjavik, la capitale.


Lors du retrait de la voiture, nous avons attendu pas loin de 45 minutes avant d’arriver au comptoir ; l'employé qui vous reçoit est aussi celui qui vous accompagne à la voiture et qui fait l'état des lieux avec vous. Est-ce vraiment grave ? Non, bien sûr que non, mais ce fut tout de même un peu long. Mais il faut parfois croire au destin : quand ce fut notre tour, l’employé nous annonce directement que nous allons être surclassées ! Nous avions pré réservé une SUZIKI JIMMY, principalement car c'était le 4x4 le moins cher. Mais le loueur n'en a plus de disponible, il nous propose alors une Nissan Qashqai. Un peu réticente au début parce que je n'ai jamais conduit un tel bolide, on ne se fait pas prier pour accepter. Et quelle chance on a eu ! Il nous aurait été impossible de dormir dans une Suzuki Jimmy en gardant nos 2 valises à l'intérieur. C'est vraiment tout petit ! Pourtant on avait lu plusieurs commentaires comme quoi il était largement possible de dormir dedans et avec nos petits gabarits nous n’avions pas peur. Mais il aurait fallu soit investir dans un coffre de toit soit laisser les valises dehors pendant la nuit... Bref, c’est donc avec soulagement et d'un bon pied que nous démarrons notre aventure en Islande.


Conduire en Islande est assez simple. C’est le même code de la route qu’en France et les routes principales sont comme nos départementales. Et, sauf à côté des grosses villes, il n’y a presque jamais personne. Ce qui procure une grande sensation de liberté : se retrouver seul au milieu de nulle part pour profiter des paysages grandioses de l’Islande.

Pour ce qui est de l’essence, nous faisions le plein (80€) un peu près tous les 3 jours. Pour se servir de l’essence, il faut déjà acheter une carte avec un forfait où vous choisissez le montant : 3000 ; 5000 ; 8000 ou 10000 ISK. Elle remplace tout simplement votre carte de crédit.

Et si toute fois il vous reste de l’argent dessus avant de quitter l’Islande il faut trouver quelqu’un à une pompe et vous faire rembourser.

On n’a vraiment pas trouvé ce système très pratique mais c’est assez simple de s’y accommoder. Nous n’avons jamais été en panne d’essence et avons trouvé des stations essence assez facilement.



Monnaie |

L’Islande ne prend pas les euros et à sa propre monnaie : la couronne islandaise. Nous n’avons pas cherché à comprendre, peu importe le taux de change, nous avons retiré du liquide en arrivant à l’aéroport. Nous avons dû aussi payer quelques fois avec notre carte bancaire et payer ainsi en plus le taux de change lors de la transaction. Pour être honnête, je ne me rappelle pas vraiment combien nous avons dépensé sur place, gardez juste en tête que l’Islande est une île chère (très chère).

Nourriture | Pour moi c'est toujours un peu compliqué. J'adore bien manger, mais je suis aussi très facilement déçue et, on peut se le dire, un peu compliquée (il y a toujours quelque chose que je n'aime pas). Et rajoutez à ça mon régime végétarien ! À l'étranger c'est pareil. Je ne suis pas celle qui va oser goûter les spécialités, encore moins quand on ne sait pas trop ce qu'il y a dedans. J'avais lu des tas de trucs sur la nourriture islandaise qui ne me paraissait pas très ragoûtants (poisson séché, mouton, requin...). Et comme je savais qu'on allait faire quelques randos, il me fallait de l'énergie. Du coup, avant de partir je me suis acheté quelques trucs qui au final m'ont fait presque entièrement les 12 jours : 2 paquets de pain de mie, un paquet de Kiri, de l'emmental en tranches, des petits pots de confiture, des barres céréales, des compotes, des pains au lait, des paquets de cacahuètes / noix de cajou et enfin 3 tablettes de chocolat (denrée de base en cas de survie). Alors ce n’est pas très sain mais au moins j'ai pu manger à ma faim pendant ce séjour. Bon après, soyons honnêtes, je l'ai joué un peu dans l'extrême mais clairement dans les supermarchés il y avait pas mal de choses qui auraient pu me donner envie. Il n’y avait pas que des spécialités islandaises et plusieurs gâteaux/biscuits communs avec la France.

Départ | Rendez-vous à l’aéroport Charles De Gaulle un vendredi à 10h. Notre avion décolle vers midi et nous avons juste le temps d’enregistrer nos bagages et de prendre un bon petit déjeuner avant de décoller. Wow Air offre des avions très spacieux et quelques petits mots rigolos à l’intérieur. Le vol de 3h se passe très bien.

11 vues0 commentaire