• Carnet de vacances

Notre itinéraire autours des déserts de Murcie

Dernière mise à jour : 21 mai

* Toutes les photos ont été prises avec un iPhone 11 / Week-end réalisé en Octobre 2021


Jour 2 de notre road trip |

Après notre journée de voyage de la veille et notre découverte de la ville de Murcie, nous nous étions endormies tôt, ce qui nous a permis de nous réveiller tôt et de partir à la découverte des déserts avant 9h du matin. Donc je ne sais pas si c’est le timing, le fait que ce sont des endroits peu touristiques, ou même peut être la période à laquelle nous les avons visités, mais nous n’avons croisé personne lors de nos visites ! Il y avait également très peu de personnes sur les routes (sauf aux alentours de Murcie).



Le désert de Mahoya (Desierto de Abanilla)

Je n’avais trouvé que très peu d’informations sur cet endroit. Et à vrai dire, je ne savais même pas qu’il existait, c’est en tapant « Murcia » dans la barre de recherche d’instagram que je suis tombée sur des photos. Mais l’emplacement où le nom du désert n’était jamais vraiment donné ; j’ai dû faire quelques recherches et c’est sur un blog espagnol que j’ai trouvé plus ou moins les bonnes directions.

En fait, si vous tapez tout simplement « Desierto de Abanilla » sur Google Maps, vous vous y retrouverez facilement : il suffit d’aller jusqu’au village de Mahoya et tourner à gauche sur l’A21 si vous venez du Sud (depuis Murcie, par exemple) ou à droite, si vous venez du Nord. Et au bout d’un moment, vous verrez apparaître des sortes de petites dunes de part et d’autre de la route. N’allez pas trop loin car il n’y a pas de parking, nous, nous sommes arrêtées à des sortes d’embranchements pour y laisser notre petite fiat.


Et de là, le désert est à vous ! Il y a des chemins praticables à pied, ce qui vous permet d’avancer plus en profondeur. Mais, pour être honnête, je m’attendais à ce ça soit plus grand, ou du moins plus étendu. Sur le peu de photos que j’avais vues, j’avais l’impression que c’était des petites dunes à perte de vue, mais pas vraiment, il y a beaucoup de plat aussi.


Néanmoins, je fais un peu ma difficile, parce que c’est magnifique ! Le plus déroutant c’est que la route passe en plein milieu (même si lors de notre passage, un samedi matin, elle n’était que très très peu fréquentée). Le plus intéressant selon moi, reste le côté droit, c’est ici que vous pourrez admirer le plus les formes du désert.

Nous sommes restées presque 1h en tout, le temps de profiter du calme, du paysage, du soleil, de la chaleur et du ciel bleu. Nous avons été seules le temps que nous y sommes restées.


Petit bémol : certains endroits sont en quelques sortes des déchetteries, j’imagine que les gens du coin y jettent leurs gros meubles quand ils ne savent pu quoi en faire.




Le pont rouge d’Ojos

Bon honnêtement, si ça n’est pas sur votre trajet, l’arrêt peut facilement se passer. Mais pourtant, c’est un des endroits que j’ai préféré durant notre week-end ! Ce n’est pas aussi exceptionnel qu’un désert certes, mais au mois d’octobre, les couleurs étaient tout simplement magnifiques.

Il ne faut pas suivre à la lettre le GPS, puisque Google Maps nous a emmenées juste en dessous du pont, alors que tout l’intérêt c’est bien d’y être au-dessus. Nous garons donc la voiture dans une rue du village, pas très loin du pont et le rejoignons à pied.


Et en arrivant, j’ai eu l’impression qu’il était perdu au milieu de la jungle. Il est entouré de végétations avec en toile de fond des montagnes et est traversé par un petit cours d’eau (bon, je crois bien que ça vient d’un réservoir, mais ça reste magnifique). Avec sa couleur rouge et ses lattes en bois, il dénote un peu tout en se fondant totalement dans le paysage.

Bref, j’ai adoré !




Mirador de Franco

C’est un point que j’ai trouvé toute seule comme une grande sur Google Maps, quand je regardais ce qu’il y avait à faire entre le désert de Mahoya et celui des Barrancos de Gebas. Et ça aurait été dommage de le louper, puisque d’ici, vous avez une pleine vue sur toutes les montagnes aux alentours.

Le mirador est en pierre et après avoir monté quelques marches vous arrivez à un petit plateau qui vous permet d’admirer la vue. Nous n’avons pas croisé une seule voiture ou une seule personne : la nature et le calme, juste pour nous.



Los Barrancos de Gebas

Le tant attendu pour notre dernière visite de la journée !

Alors, j’avais beaucoup regardé d’endroits, de randonnées à faire pour pouvoir approcher au plus près le paysage lunaire qu’offre ce désert. Après toutes mes recherches, d’un point de vue pratique, pour ne pas faire beaucoup de route et d’un point de vue physique, pour ne pas avoir à marcher beaucoup, ce qui me paraissait le plus simple était de nous rendre jusqu’au mirador de Librilla.

C’était sans compter encore une fois sur notre Google Maps adoré qui nous a fait perdre énormément de temps. Je ne sais pas s’il y a une route plus facile d’accès, j’imagine que oui, mais il nous a fait emprunter un chemin très caillouteux et nous avons été obligées d’abandonner notre fiat 500 bien avant d’arriver au mirador puisque, la pauvre, n’était pas faite pour ça. Sauf que même en changeant l’itinéraire à pied, il nous faisait emprunter un chemin que nous ne trouvions pas, nous étions devant une montagne, que clairement nous ne pouvions pas escalader. Nous sommes bien restées 20-30 minutes à essayer de voir s’il n’y avait pas un chemin derrière les branchages, à essayer de comprendre pourquoi nous ne trouvions pas la route tracée sur Google Maps… C’est tout simplement parce qu’elle n’existe pas. En fait il faut se rendre au parking du mirador (bien présent sur la carte) et ensuite emprunté un chemin qui, après 10-15 minutes de marche, vous emmène au fameux point de vue ! (En fait, pour être honnête, dès le départ j’avais essayé d’aller voir ce parking, mais quand j’y étais arrivée, il y avait des voitures devant le chemin (donc je ne l’avais pas vu) et surtout j’avais entendu une grosse détonation et j’étais repartie presqu’en courant pour voir si ma sœur était toujours vivante).


Bref, rendez vous jusqu’au parking du mirador, prenez le chemin, avancez jusqu’à voir quelque chose d’exceptionnel et vous saurez que vous êtes arrivés ! Ce n’est pas l’endroit où vous serez le plus proche, mais je pense que c’est un des meilleurs points de vue qu’il existe sur ce désert, puisqu’il vous permet de profiter du paysage dans son intégralité. Vous y verrez les ravins et les précipices, formés ou déformés par l’eau. L’eau d’un bleu turquoise irréel. Je n’ai jamais été sur la lune, mais dans mon esprit, c’est plus ou moins ce qu’on pourrait y trouver.



6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout